24 July 2020 Faites une plongée virtuelle pour protéger nos océans

Un voyage virtuel et immersif à travers trois écosystèmes marins uniques mais connectés, menacés par l'activité humaine comme le développement du tourisme, la pêche et la pollution.

Souhaiteriez-vous plonger dans le magnifique pays des Caraïbes qu'est le Belize pour apprendre comment protéger nos écosystèmes marins ?

Rejoignez le programme Wild for Life du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) pour un voyage virtuel et immersif à travers trois écosystèmes marins uniques mais connectés : les mangroves, les herbiers marins et les récifs coralliens, tous trois menacés par l'activité humaine comme le développement du tourisme, la pêche et la pollution.

Ce voyage marin permet aux utilisateurs d'explorer la magie des profondeurs océaniques en rentrant dans la peau de trois personnages différents, et en apprenant comment la biodiversité fonctionne pour fournir des biens et des services vitaux à l'humanité, les menaces auxquelles ces écosystèmes sont confrontés et comment des actions simples peuvent contribuer à mieux protéger ces habitats interconnectés.

Les trois personnages : un touriste, un plaisancier et un pêcheur ont été choisis pour représenter les personnes qui parcourent les océan en vacances, celles qui vivent à proximité des côtes et en profitent pour leurs loisirs, et celles dont les revenus sont liés aux océan. Chacun d'entre eux a des raisons uniques d'être en contact avec les océans et présente une menace différente, ainsi qu'une occasion de protéger les écosystèmes. Les utilisateurs sont encouragés à jouer le rôle des trois personnages !

Pourquoi le Belize ?

Voisin du Mexique, du Guatemala et des Caraïbes, le Belize abrite une portion de 300 km de la barrière de corail méso-américaine, dont dépendent près de 200 000 personnes pour le tourisme et la pêche. Le pays est réputé pour ses stratégies marines innovantes visant à protéger les océans (en anglais). Par exemple, une licence est nécessaire pour pêcher dans les eaux étroitement gérées du Belize et les prises doivent être déclarées, ce qui contribue à réduire la pêche illégale.

Si l'on plonge dans le voyage en tant que touriste, les premiers écosystèmes que les utilisateurs rencontrent sont les mangroves, présentées comme les "gardiens de la côte". Les utilisateurs apprendront que les mangroves constituent l'habitat de reproduction et d'alimentation pour de nombreuses espèces de poissons commerciales et contribuent à atténuer le changement climatique, car elles sont des puits de carbone extrêmement efficaces.

Mais les mangroves sont menacées par les effets négatifs des activités humaines telles que le développement du littoral, l'aquaculture et la pollution. En parcourant les mangroves, les utilisateurs examineront les conséquences des actions humaines, comme l'alimentation des poissons, sur leur environnement.

Les utilisateurs exploreront également les herbiers marins, "la garderie de la mer", où les jeunes créatures marines vulnérables sont nourries avant d'être assez fortes pour se déplacer vers les récifs et autres écosystèmes marins. 

 

Seagrass
Photo : PNUE

Le dernier voyage est travers les récifs coralliens, "les villes sous-marines de la mer", un autre écosystème en péril. Au cours de ce "voyage", l'utilisateur apprend comment l'activité humaine, même l'utilisation d'un écran solaire, peut endommager les coraux. Les écrans solaires à base de produits chimiques, qui utilisent des ingrédients comme l'avobenzone et l'oxybenzone, sont toxiques pour les récifs coralliens, tandis que les écrans solaires à base de minéraux sont sans danger pour la peau et les récifs.

Le PNUE et ses partenaires travaillent au Belize dans le cadre de la Convention de Cartagena pour la protection et la gestion des écosystèmes marins. Le pays a désigné trois zones marines protégées gérées dans le cadre du protocole SPAW : la réserve marine du récif de Glover, la réserve marine de Hol Chan et la réserve marine de Port Honduras, en soutien à l'objectif de développement durable 14 : vie aquatique.

Leticia Carvalho, coordinatrice de la branche marine et eau douce du PNUE, affirme que les êtres humains ont beaucoup à gagner d'écosystèmes sains.

"Les récifs coralliens sont les écosystèmes les plus divers en biodiversité de l'océan : ils abritent environ 25 % des espèces marines et fournissent des moyens de subsistance à au moins 500 millions de personnes dans le monde. Malheureusement, ils sont aussi l'écosystème le plus vulnérable au changement climatique à l'échelle mondiale. Le temps est venu pour les États membres de se donner la main pour faire face à la crise mondiale des récifs coralliens et protéger ce précieux écosystème", a-t-elle déclaré.

La biosphère mondiale décline plus rapidement qu'à aucun moment de l'histoire de l'humanité, selon le rapport de 2019 de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Un million d'espèces végétales et animales sauvages sont menacées d'extinction (en anglais), dont beaucoup d'ici quelques décennies.

Les voyages à travers les océans (Marine Journeys) cherchent à mobiliser et à inspirer les gens à conserver nos précieux écosystèmes sous-marins. Il s'agit d'un écosystème distinct sur quatre, et d'autres voyages sont prévus, notamment dans les tourbières, les savanes et les forêts.

Ce modèle s'inspire d'un autre produit innovant. En mars 2020, Wild for Life a lancé le voyage de Reef Rider, un défi sous-marin virtuel qui permet de découvrir un récif corallien à travers le regard d'une tortue de mer afin de comprendre son rôle unique dans le maintien de l'équilibre de la nature.

Publications récentes

Le PNUE travaille avec les pays d'Afrique pour protéger la vie sauvage.

La COVID-19 n’est qu’un exemple de la tendance à la hausse des maladies émergentes : le virus d’Ébola, le MERS ou encore les fièvres du Nil…