mobile header
12 August 2019 La pollution de l'air en un tweet : communiquer une science complexe

La pollution atmosphérique est un problème complexe sur lequel il est difficile de communiquer avec la plupart des gens. Qu'est-ce qui cause la pollution de l'air ?…

Récit

La pollution atmosphérique est un problème complexe sur lequel il est difficile de communiquer avec la plupart des gens. Qu'est-ce qui cause la pollution de l'air ? Comment cela affecte-t-il le développement cognitif de nos enfants ? Qu'est-ce que la pollution atmosphérique a à voir avec la hausse des températures ?

Pallavi Pant est une scientifique spécialisée dans la qualité de l'air qui a obtenu son doctorat en qualité de l'air urbain en 2014. Elle est aujourd'hui membre du personnel scientifique du Health Effects Institute à Boston. Elle est également rédactrice en médias sociaux au Journal of Exposure Science et Environmental Epidemiology, où elle a pour objectif de communiquer au sujet des travaux de la revue à un public plus large.

Helena Molin Valdes, chef du secrétariat de la Coalition pour le climat et la qualité de l'air, affirme : « Notre ère numérique offre d'énormes avantages, comme le vaste éventail d'informations facilement disponibles sur des sujets environnementaux.

« Mais quand il s’agit de transmettre des connaissances scientifiques, il est essentiel de bien comprendre les faits. Les jeunes comme Pallavi Pant, des experts dans leur domaine qui ont pour passion de faire passer des messages clairs sur la pollution de l'air, la santé et le climat, sont dignes d'éloges pour leur capacité à communiquer au sujet des problèmes existants et à faire partie de la solution. »

En cette Journée internationale de la jeunesse, qui a pour thème « transformer l'éducation », nous avons demandé à Pallavi Pant pourquoi, en tant que scientifique, elle se sentait obligée de tweeter. Comment informe-t-elle et transmet-elle des messages complexes à un public de non-scientifiques ?

image
Pallavi Pant se passionne pour améliorer la communication scientifique, combinant des données et des récits significatifs. Photo : Pallavi Pant

 

Qu'est-ce qui a influencé votre décision de devenir scientifique ? Être une femme dans ce domaine est-il un défi ?

J'ai grandi dans une famille où la curiosité était encouragée. Je me souviens d'avoir conçu des expériences scientifiques pour tester des hypothèses lorsque j'étais enfant avec mes amis. Au lycée et au collège, j'ai entrepris des démarches en vue d'une carrière en sciences de l'environnement. Au début, je ne savais pas sur quel aspect je me concentrerais, la pollution atmosphérique a piqué mon intérêt et j'ai passé plus de temps à mieux comprendre ce problème. Mon expérience personnelle à Delhi : voir la qualité de l'air changer au fil du temps, a été un autre facteur déterminant. Être une femme scientifique est une expérience amusante et excitante, mais pose également des défis. Il a parfois été difficile de contrer les stéréotypes qui influencent les interactions des gens. Dans certains cas, il est également question de sécurité, par exemple sur le terrain. Mais dans l’ensemble, j’ai eu une bonne expérience et mes mentors m'ont apporté leur soutien.

Pourquoi pensez-vous qu’il est important de transmettre la science à un public général ?

Des pans entiers d'importantes recherches scientifiques sont encore soumis à des abonnements payants et les gens sont souvent incapables de trouver des informations précises et fiables, en particulier sur les supports numériques. Combiné avec le besoin d’informations concises, il est essentiel que les scientifiques trouvent des moyens de dialoguer avec le public, de dissiper les mythes qui existent et de partager des informations utiles. Après tout, l’objectif de la science est d’aider à progresser vers un avenir meilleur, n’est-ce pas ? Au cours de mon programme de doctorat, j'ai lancé une plateforme de connaissances - Air Quality in India (en anglais) - afin de faire connaître et de transmettre les dernières avancées scientifiques et politiques en matière de pollution atmosphérique. J'ai co-fondé un effort similaire pour l'Asie du Sud-Est - Air South Asia (en anglais). Il est important que des informations précises et scientifiquement valables soient portées à la connaissance du public. Je donne également des séminaires publics sur le thème de la pollution de l'air et je réponds aux questions des personnes concernées sur les sources de pollution de l'air et leurs effets possibles sur la santé humaine. Je collabore avec des organisations qui travaillent directement avec les communautés et les orientent vers des sources d'informations fiables. Sur les réseaux sociaux, je publie du contenu sur la pollution atmosphérique.

image
Pallavi Pant répond aux questions des personnes concernées sur les sources de pollution de l'air et leurs effets possibles sur la santé des êtres humains. Photo par Pallavi Pant

Le Journal of Exposure Science et Environmental Epidemiology est l'une des premières revues environnementales à avoir créé ses propres plateformes de médias sociaux. Qu'est-ce qui a influencé cette décision?

Lorsque j'ai parlé avec les éditeurs de journaux, il était clair qu'ils essayaient d'étendre la portée et de rendre l'information accessible à un large public. J'avais une certaine expérience dans ce domaine et cela semblait être une excellente opportunité pour développer mes compétences aussi ! Nous espérons diffuser de nouvelles conclusions de recherches publiées dans la revue sur les médias sociaux et susciter l’intérêt des autres pour le domaine de la santé environnementale.

Quel est le plus gros défi auquel vous êtes confrontée pour communiquer au sujet de la science de la pollution atmosphérique ?

Lorsque nous formons des scientifiques, nous sommes encouragés à parler en termes scientifiques. Le premier problème que j'ai rencontré a été de réfléchir à mon choix de mots et à la manière dont ils seraient interprétés par un public particulier. La science de la pollution atmosphérique est souvent complexe et il est difficile d’expliquer ses nuances tout en les rendant attrayantes et intéressantes. Par exemple, les polluants atmosphériques peuvent être primaires [directement émis] et secondaires [formés dans l'atmosphère par d'autres polluants], et les stratégies de contrôle sont très différentes pour les deux types de polluants. Communiquer efficacement peut être difficile. Parfois, il ne s'agit que d'orienter les gens vers la bonne information. Dans d'autres cas, il est nécessaire de réfléchir. Dans tous les cas, l’essentiel pour moi est de rendre l’information accessible au public concerné.

image
Pallavi Pant vise à éduquer et à susciter un intérêt pour le domaine de la santé environnementale. Photo de la Fondation AkshayaPatra, Pixabay

 

Comment espérez-vous amener votre narration à un niveau permettant de toucher plus de gens ?

J'apprends sans cesse à mieux communiquer les sciences et à associer des données et des récits pour générer des récits significatifs aux yeux des gens. Cette année, j'espère développer une vaste base de données en open source sur la pollution de l'air en Inde, mettre en place un réseau de mentors pour les femmes sur la qualité de l'air dans le Sud et continuer à travailler pour élargir la portée du Journal of Exposure Science et de l'épidémiologie environnementale.

Pouvez-vous résumer les principales menaces de pollution atmosphérique en 140 caractères?

La pollution atmosphérique a des répercussions sur notre santé, notre environnement et notre économie. nous devons agir aux niveaux personnel et sociétal pour améliorer la qualité de l'air.

Le Prix des jeunes champions de la Terre, sponsorisé par Covestro, est la principale initiative d'ONU Environnement visant à inciter les jeunes à relever les défis environnementaux les plus pressants au monde. Les finalistes régionaux de cette année ont été sélectionnés et les gagnants seront annoncés en septembre. Restez à l'écoute !

Publications récentes
Récit

Faire du bénévolat chaque week-end avec des organisations humanitaires n'est pas pour les timorés. Pour Mani Yezid,…

Récit

Lorsque Peter Sänger, âgé de 26 ans, et Liang Wu, âgé de 34 ans, se sont rencontrés, ils ont tout de suite compris qu'…